Procope Medicals

Procope Medicals

La xénotransplantation : des limites à la greffe d’organes animaux

xénotransplantation

La xénotransplantation : une véritable solution ?

La xénotransplantation correspond au processus de transplantation de cellules, d’organes ou de tissus vivants provenant d’un animal chez l’humain.

Pour remédier à la pénurie actuelle d’organes disponibles pour le remplacement, la xénotransplantation de cœurs, de cornées, de peau et de reins a été tentée. Cependant, un obstacle majeur auquel sont confrontées les xénotransplantations est le rejet dû à un cycle de réactions immunitaires au greffon. Les systèmes immunitaires adaptatifs et innés contribuent à ce cycle, dans lequel les cellules tueuses naturelles, les macrophages et les lymphocytes T jouent un rôle important. 

L’amélioration de l’espérance de vie humaine au cours des dernières décennies a accru la prévalence d’un nombre croissant de maladies comme l’insuffisance cardiaque.

La transplantation d’organes, dernier recours et traitement définitif de l’insuffisance terminale, connait une forte disparité entre les organes disponibles et le besoin des patients. La xénotransplantation est donc potentiellement une solution intéressante pour surmonter cet obstacle.

Les porcs sont l’espèce de choix pour prélever des organes destinés à la xénotransplantation, car ils possèdent des organes anatomiquement similaires à ceux des humains et sont adaptés à la modification génétique. 

Mais le principal obstacle auquel sont confrontées les xénotransplantations réside dans les réactions immunologiques et le risque que représentent les virus endogènes ; En janvier 2022, des chirurgiens américains avaient réussi à greffer sur un patient humain un cœur issu d’un porc génétiquement modifié, cependant la prouesse avait été de courte durée puisque le décès du patient était intervenu deux mois après, en raison d’un virus non détecté mais présent dans l’organe.

La question éthique entourant cette pratique

Il s’agit de développer une éthique soigneusement construite concernant la création et le soin des animaux qui seront créés pour servir de donneurs, déterminer quand et dans quelles circonstances les enfants et les nourrissons peuvent être considérés comme des receveurs de xénogreffes et étudier l’impact émotionnel potentiel sur les personnes ayant vu leur vie prolongée grâce à des organes d’animaux donneurs. 

Même si la xénotransplantation pourrait être la solution pour des milliers de patients qui auront besoin de greffes de tissus ou d’organes solides, l’industrie et la communauté scientifique doivent agir avec prudence pour garantir le développement sécuritaire de cette technologie potentiellement vitale.

L'alternative efficace à la xénotransplantation

Pour pallier ces limites, les progrès de l’ingénierie médicale montrent que le coeur artificiel peut répondre à ce besoin mondial de greffons de cœurs. Cette solution va au-delà des contraintes inter-espèces et des risques inhérents à la xénotransplantation. Le cœur artificiel total, conçu avec des technologies avancées telles que l’impression 3D et la bio-impression, représente une avancée éthique et technologique. Ils peuvent apporter de nouveaux bénéfices à la santé du patient, tels que la biocompatibilité.

Les cœurs artificiels offrant ainsi des avantages significatifs par rapport à la xénotransplantation : Les risques de rejet sont minimisés et la transmission de maladies animales est éliminée.

Procope Medicals s’engage à repousser les frontières de l’innovation médicale en développant un coeur artificiel total.

Source : https://www.huffingtonpost.fr/science/article/greffe-reussie-d-un-coeur-de-porc-sur-un-humain-une-premiere_190964.html